Annonce

La prochaine rencontre du club Rouletabille aura lieu le samedi 7 Octobre à la Ludo-bibliothèque Emile-Bayard à partir de 19h00. Apéro-polar.

mardi 19 novembre 2013

L'heure du chacal de Bernhard Jaumonn

Windhoek, Namibie au mois de janvier. La saison des pluies tarde à venir et le pays tout entier courbe l’échine sous la chaleur et la sécheresse. Dans le quartier riche de Ludwigsdorf, un homme 
– blanc – qui arrose ses citronniers à la tombée de la nuit, est abattu à l’AK-47, à travers les barbelés électrifiés de sa propriété. C’est le premier d’une série de meurtres à travers le pays. Les victimes, des blancs riches, tous liés à une affaire politique vieille de 20 ans : l’assassinat de Anton Lubowski dans les heures sombres de la fin de l’Apartheid. La détective en charge de l’enquête, Clemencia Garises est un produit de la « nouvelle » Namibie : noire, originaire d’un quartier pauvre, elle a pu étudier grâce à une bourse. Des exactions de l’Apartheid et du combat pour l’indépendance de la Namibie, elle ne connait que les histoires qu’on lui a racontées. Un polar engagé, qui tourne autour de la mort politique de la Namibie, et qui pose les questions universelles sur la vérité, la culpabilité et la mora
le.
Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel W.) :
L'auteur s'est appuyé sur un fait historique. Anton Lubowski, avocat de la bourgeoisie blanche qui a choisi de soutenir la lutte pour l'indépendance de la Namibie et la fin de la discrimination raciale a été assassiné (ses assassins supposés n'ont jamais été condamnés).
Même si l'apartheid est supprimé au niveau de l'Etat, le racisme n'en demeure pas moins solidement ancré dans la société. Dans ce cadre historique, une vengeance, une inspectrice noire, une famille de bras cassés, et la pluie qui se fait attendre entre la Namibie et l'Afrique du Sud. Des meurtres ciblés; une chasse à l'homme.
Les personnages se promènent sur des centaines voire des milliers de kilomètres à la recherche du meurtrier qui poursuit sa logique. Les cadavres sont-ils liés à cette ancienne affaire ? Faut-il rouvrir le dossier et essayer d'expliquer ce qui aurait pu se passer autour de cette affaire. La hiérarchie est toujours prudente lorsqu'il s'agit d'une affaire sensible. Cela engage l'auteur, comme il le précise lui-même. Ce n'est plus la réalité historique du moment et même si cela rouvre de vieilles blessures, ce roman pourrait remettre à l'ordre du jour cette affaire encore non-élucidée.
Note : 15/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire