Annonce

La prochaine rencontre du club Rouletabille aura lieu le vendredi 29 juin, à la Ludo-bibliothèque Emile-Bayard à partir de 20h30, pour un petit apéro de fin d'année.

mercredi 14 mars 2018

On ne meurt pas la bouche pleine d'Odile Bouhier et Thierry Marrx

Alors qu'à Tokyo deux cadavres d'hommes empoisonnés par une substance indécelable embarrassent la police japonaise, en France un commandant de la brigade criminelle est chargé d'élucider la mort d'un riche Japonais lui aussi empoisonné par un produit inconnu. 
Des deux côtés de la planète, des assassinats qui, a priori, n'ont rien à voir, sauf que... Le commandant Simmeo, passionné d'art, découvre qu'ils sont liés par les yakuzas. Voilà la Crim' du 36, quai des Orfèvres obligée de travailler avec son homologue japonaise, aux méthodes bien différentes, pour coincer un coupable qui utilise la cuisine moléculaire pour parvenir à ses fins... Entre Paris et Tokyo, une sidérante plongée dans les eaux troubles de la gastronomie, de la science et du crime.



Avis d'un membre du club Rouletabile (Laurence G.) :

Plongée dans l'univers complexe des yakuza. 
L'intrigue manque de suspense... on voit venir dès le début.
Divertissant sans plus. 

12/20

Le secret des orphelins de Elly Griffiths

Un squelette d'enfant décapité est retrouvé sous la porte d'une vieille bâtisse victorienne à Norwich. S'agit-il d'un sacrifice datant de la période romaine ou de la dépouille d'un petit pensionnaire échappé de l'orphelinat qui occupait les lieux dans les années 1970 ? Experte en datation, l'archéologue Ruth Galloway rejoint l'équipe de l'inspecteur Harry Nelson, partenaire d'investigation – et parfois plus dans l'intimité. Tandis que Ruth remonte la piste du drame et croise le chemin de prêtres retraités, magnats de l'immobilier et druides chevelus, quelqu'un semble décidé à littéralement la faire mourir de peur…
Retour de l'universitaire la plus attachante du venteux Norfolk, intello nourrie aux chips, célibataire attendant un heureux événement, dans un thriller atmosphérique et mystique à déguster impérativement avec une cup of tea !

Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel E.) :


Une macabre découverte a lieu un beau matin de printemps dans le Norfolk. Un squelette d'enfant décapité a été mis au jour sur le site d'un ancien orphelinat et futur emplacement d'une résidence de luxe construite par un riche promoteur.
L'inspecteur Harry Nelson, connu pour son caractère de cochon, fait une nouvelle fois appel à un professeure d'ethno-archéologie, spécialiste de l'âge de fer et éminente ostéologue ( qui a dit on avait affaire à un sosie de Temperance Brennan ?), intello nourrie à base de hamberger / chips…
Le site sur lequel le squelette a été découvert a des fondations qui remontent à l'époque romaine, et l'enfant, au vu de la taille du squelette, pourrait avoir été sacrifié au dieu Janus, dieu des portes et des changements.
En attendant les résultats de l'autopsie et de la datation au C 14, Nelson fait son enquête auprès du personnel de l'orphelinat fermé depuis près de trois décennies. le père Patrick Hennessy lui apprend que deux de ses pensionnaires se sont enfuis à la fin des années 60…
Les personnages du livre sont attachants, Ruth évidemment, ainsi que l’inspecteur, mais aussi le druide Cathbad, qui apporte au récit parfois sombre un brin ésotérisme et une dose d'humour british.
L'histoire est tortueuse, le suspense est présent qui nous donne quelques retournements de situation.
Au final, j'ai apprécié cette enquête mêlant intrigue policière et archéologie dont le duo (la solitaire Ruth et le bougon Harry) se complète à merveille.
L'archéologie est en effet très présente et on découvre les pratiques funéraires de l'empire romain et certains dieux peu connus ( et pas à côtoyer ...).
Une enquête classique mais efficace et un roman qui se laisse lire.


15/20

mardi 13 mars 2018

Une vie exemplaire de Jacob M. Appel

Jeune cardiologue éminent, père de deux adorables petites filles, le docteur Jeremy Balint est un homme qui a réussi sa vie. 
D'autres que lui, apprenant que leur femme dévouée les trompe depuis des années avec un collègue, se laisseraient emporter par la rage. Pas Jeremy Balint. Jeremy Balint va prendre son temps, car Jeremy Balint est un sociopathe. 
Avec méthode et patience, il va organiser l'élimination de son rival. Et ce n'est que le début. De nombreux romans mettent en scène des psychopathes, mais jamais un écrivain n'était parvenu à nous plonger avec autant d'acuité dans les arcanes de leur esprit. 

Jeremy Balint ne nous cache rien. Ne nous épargne rien. Il ne voit tout simplement pas le mal comme nous.

Avis d'un membre du club Rouletabille (Laurence G.) :

Jeremy Balint, cardiologue, découvre la liaison de sa femme. Personnage exemplaire il va devenir un autre homme.
Récit assez cliché sur la société américaine. Pas passionant. 

11/20

Noël au chaud de G.J. Arnaud

Raymonde est une adorable vieille dame qui vit seule dans son immense demeure depuis le décès de son mari. 
Pour rien au monde elle ne voudrait quitter sa demeure, surtout pas pour une maison de retraite ! Mais la solitude lui pèse, et la bâtisse est froide, ces grands murs de pierre...
Son amie Augusta a bien de la chance de vivre chez son fils est d'être ainsi dorlotée. Raymonde est capable de tout pour passer Noël au chaud, vraiment de tout. 
Méfiez-vous des adorables veilles dames, elles pourraient bien vous surprendre...


Avis d'un membre du club Rouletabille (Maryse W.) :


Auteur très prolifique dans différents genres. Histoire noire, très noire où une vieille dame à qui on donnerait le bon dieu sans confession va se révéler une vieille dame indigne.
Il faut se méfier des vieilles qui ne veulent pas aller en maison de retraite et avoir un café chaud au lit !

14/20

mercredi 28 février 2018

Negra Soledad de Ramon Diaz Eterovic

Heredia, le détective privé des quartiers populaires de Santiago, vient de se décider à mettre fin à sa solitude de célibataire : il va enfin se marier – à reculons. C'est alors qu'Alfredo, son ami avocat, est retrouvé mort. Depuis peu, il avait été engagé par les habitants d'un village du nord du Chili, aux prises avec une exploitation minière polluante bien décidée à exproprier tout le monde.

Entouré de ses complices de toujours, Simenon, son chat et confident, Anselmo, le kiosquier turfiste, et la commissaire Doris qui aimerait tant trouver une place auprès de lui, Heredia découvre l'ampleur des problèmes environnementaux au Chili, et leurs dénouements souvent tragiques : soif de lucre des entreprises, contamination des sols, indulgence coupable des autorités, spoliation des paysans.


Heredia, c'est l'âme nostalgique d'un Santiago qui n'existe plus, les rêves brisés d'une génération sacrifiée, mais c'est aussi l'histoire chilienne revue et corrigée par un justicier mélancolique et intègre. Et toujours aussi allergique aux ordinateurs...


Avis d'un membre du club Rouletabille (Maryse W.) :

Hérédia enquêteur chilien qui erre dans les rues de Santiago du Chili et établit des dialogues avec son chat Simenon. L’enquête se déroule sous le fond de la dictature chilienne qui s’estompe un peu.
L’intrigue est assez ordinaire : un avocat est tué et il se confrontait à une importante filière d’industrie minière.
J’ai eu du mal à rentrer dans le livre mais après on est vite pris par  cet enquêteur sympathique et son chat bavard !!

Note : 13/20

vendredi 29 septembre 2017

Whiskey Tango Foxtrot de David Shafer

Le Comité, réseau international d’industriels et de magnats des médias, s’apprête à privatiser les données du monde entier. 
Une organisation utopiste souterraine, Dear Diary, tente de contrer ces sombres desseins. Dans cette bataille secrète débarque un trio improbable : Leila, travailleuse humanitaire chargée par une ONG en mal d’idées de sponsoriser des projets féministes au Pakistan ; Leo, rentier dysfonctionnel doublé d’un jean-foutre, fumeur de joints et bizarrement doué pour le job d’assistant maternel ; et Mark Deveraux, gourou bidon en développement personnel, juste assez lucide pour ne pas gober lui-même les formules creuses qu’il enfile comme des perles dans ses publications pour gogos. Si demain les hommes ont encore droit à une vie privée, c’est peut-être à eux qu’ils le devront…
Thriller pop parano dans l’esprit de William Gibson et de Chuck Palahniuk, "Whiskey Tango Foxtrot" habille de loufoquerie déjantée, d’humour noir et de poésie une réflexion sur les big data et la privatisation en marche de nos vies.


Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel W.) :

Thriller pop parano qu’il est dit en 4ème de couverture… 
C’est faible… 
Comme pour tout roman qui sort indéniablement des sentiers battus, on adhère ou n'adhère pas à l'univers proposé. 
Pour ma part , c’est non, malgré cette intrigue qui joue sur les codes du roman noir avec en plus un côté déjanté bien prononcé. 
Je n’ai pas aimé du tout.

Pas de note 

Le noël du commissaire Ricciardi de Maurizio de Giovanni

Après les « Saisons » du commissaire Ricciardi, Maurizio de Giovanni entame un nouveau cycle, celui des « Festivités ». «Le Noël du commissaire Ricciardi» ouvre ce cycle avec une histoire située au moment de Noël dans la Naples des années 1930. Le commissaire Ricciardi et son fidèle adjoint le brigadier Maione doivent découvrir l'auteur du meurtre d'Emanuele Garofalo et de son épouse. Membre de la milice fasciste, Garofalo était chargé de la surveillance du port. Mais c'était un arriviste sans scrupules qui avait usurpé la place d'un collègue en le calomniant. Nombreux sont ceux qui avaient des raisons de lui en vouloir. Une enquête compliquée pour le commissaire qui, heureusement, va pouvoir compter sur l'aide du prêtre don Pierino; le pragmatisme de ce dernier et sa science d'historien sur la tradition des crèches napolitaines lui sera d'un précieux secours.

Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel W.) :


Manrizio donne vie à un lieu et une époque roman historique circonscrit à un lieu bien particulier : Naples 1931 avec en toile de fond la montée de fascisme. La Naples populaire, ses goûts, ses odeurs, ses bruits et ses traditions que de Giovanni incarne dans ses livres avec un formidable talent. Belle documentation. On se régale dans cette enquête autour du meurtre d’un membre de la milice et de sa femme. Je ne dirai donc rien sur cet ouvrage sinon que c’est la belle découverte de l’été. Eh oui. Il y a plusieurs ouvrages dont le premier est l’hiver du commissaire Riccardi. 

Il faut commencer par le premier ouvrage de cette série pour vraiment comprendre la philosophie de cet enquêteur. Ce que je viens de faire juste après la lecture de celui-ci. Dommage. Vient ensuite le printemps, l’été etc…

Note : 16/20