Annonce

La prochaine rencontre du club Rouletabille aura lieu le vendredi 29 juin, à la Ludo-bibliothèque Emile-Bayard à partir de 20h30, pour un petit apéro de fin d'année.

mardi 17 mai 2016

Oranges amères de Liad Shoham

Petah Tikva, une petite ville israélienne tranquille, loin du bouillonnement de Tel-Aviv, son exubérante voisine. Tous les habitants se plaisent à le répéter, rien ne se passe jamais à Petah Tikva. Alors, quand un journaliste d'investigation disparaît, l'inspectrice Anat Nahmias est aussitôt sur le qui-vive. 
Qui aurait pu avoir intérêt à le faire taire? Sur quoi enquêtait-il? Lorsque Ido Dolev - jeune et beau publicitaire, cynique et plein d'esprit, spécialisé dans les campagnes électorales - commence à s'intéresser au cas du journaliste disparu, l'enquête d'Anat prend un tour nouveau. L'inspectrice et le communicant n'ont pas les mêmes objectifs mais comprennent rapidement que, pour élucider ce mystère, ils gagneront à coopérer. 
Ce qu'ils vont découvrir va remettre en question tout ce qu'ils avaient toujours cru savoir sur Petah Tikva et notamment sur les méthodes du maire régnant sur la ville depuis plus de vingt-cinq ans...


Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel W.) :

Une inspectrice éloignée de Tel-Aviv se retrouve plongée dans une enquête pour meurtre corruption et détournement d’argent niée dans sa totalité par sa hiérarchie. Ses collèges sont ils corrompus ou mis sur la touche par ceux qui tiennent la ville depuis plusieurs générations ? La ville est tenue officiellement par un maire corrompu, et officieusement, par deux parrains issus des deux familles de pionniers qui l'ont fondée et qui, à coup de magouilles, chantages, pots de vin et dessous de table, contrôlent tout le marché de l'immobilier. Tout le monde ferme les yeux sur les pratiques frauduleuses du maire indétrônable tant qu’il n’y a pas de cadavre. 
Et là, même en présence d’un corps, un meurtre dérange dans cette petite ville sans problème depuis des décennies : c’est donc un suicide... et cela en pleine campagne électorale municipale. L’image propre et lisse de cette ville se fissure. On découvre une face cachée de la société israélienne. Une ville israélienne où le maire omnipotent sait ménager les religieux, la société civile et ses ''mécènes'' mais n'oublie jamais de veiller à ses intérêts personnels.

Note : 14/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire