Annonce

La prochaine rencontre du club Rouletabille aura lieu le vendredi 24 novembre à la Ludo-bibliothèque Emile-Bayard à partir de 20h30.

vendredi 7 mars 2014

L'ordre et la chaos de Maud Tabachnik

Merryl, 40 ans, à la mort de sa mère avec qui elle vivait, décide de vivre ses rêves, démissionne de son job de comptable et achète un camping-car. A elle la liberté, les voyages au-delà de son pays de Galles natal. Mais ce qu'elle découvre c'est l'injustice et la brutalité des hommes. Et si la première fois elle tue en légitime défense, viennent ensuite toute une série de meurtres qu'elle accomplit sans laisser aucune trace. Parallèlement à son road movie sanglant, l'enquête policière se met en place sous la houlette de l'inspecteur Milland, ex-vedette de Scotland Yard muté en province pour faute grave. Personne ne pensant qu'il puisse s'agir d'une femme et encore moins d'une dangereuse schizophrène, la course poursuite qui s'engage devient aussi atypique que le serial-killer qu'ils recherchent.

Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel W.) :

Dès les premières pages, ça va très vite et l'on est tout de suite dans l'ambiance.
D'aborde Merryl Close qui a vécu trop longtemps dans un cocon avec sa mère (pas d'homme, ni la moindre fantaisie dans leur isolement volontaire) n'a pas conscience du monde réel. Merryl doit affronter la brutalité du monde. Peu armée pour la vie et un comportement asocial font qu'elle "voit rouge" et se protège en adoptant une version personnelle de la légitime défense. Son jugement est sans pitié.
Ensuite, Russel Milland, flic qui a été brillant mais perturbé par une action passée et rétrogradé, va mener une enquête peu efficace mais heureusement bien  secondé par son jeune adjoint.
Ces deux personnages vont se lancer, chacun de leur côté, dans une quête sans retour possible. Le décor britannique et la campagne anglaise passent au second plan. Ce qui prime ici, c'est le comportement psychologique des personnages principaux et la population villageoise rustre.

Note : 14/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire